Les basketteurs poil à gratter des assureurs

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Les joueurs sous-contrats et les « free agents »
Les sportifs ayant rencontré le plus de difficultés à signer un contrat d’assurance ne sont pas ceux étant déjà sous contrat, contrairement à ce que l’on pourrait penser. En effet, ces derniers à l’image de Tony Parker, dépendent du régime d’assurance de la NBA. Bien qu’il ait fallu négocier avec l’association américaine, le contrat a pu être signé sans trop d’encombres. Les joueurs ayant rencontré le plus de difficultés ont été ceux que l’on appelle les « free agents ». Libérés de tout contrat, ils n’appartenaient plus à un club. Et pas question pour la Fédération Française de BasketBall (FFBB) qu’ils jouent, ou même s’entraînent, sans assurance. Or la NBA les a obligés à attendre le 11 juillet pour signer un nouveau contrat, forçant la FFBB et Henner Sport à trouver des solutions spécifiques. Didier Loiseau ajoute pour terminer que l’assurance de ces joueurs a coûté plus chère que l’assurance de toute la délégation française réunie, tous sports confondus.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous