Au Québec les assurances contre le cancer font fureur

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Les assurances qui répondent à des besoins spécifiques comme l’assurance cancer sont les produits d’assurance qui connaissent la plus grande augmentation de clients d’année en année, constate Yves Milette, vice-président des affaires québécoises de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes.

De plus en plus de clients

Pour preuve, le nombre de Québécois qui ont opté pour une assurance «maladies graves» a connu une hausse de 360% en cinq ans, passant de 53.512 à 194.149 assurés de 2003 à 2008, selon les données les plus récentes de l’Association.

«Certaines personnes doivent arrêter le travail et allaient même jusqu’à hypothéquer leur maison. On a découvert le besoin et on a voulu offrir un produit accessible», explique ainsi un conseiller en assurance.

Prime très variable

Le coût de la prime mensuelle pour l’assurance cancer varie en fonction du sexe, de l’âge et du statut fumeur.

Ainsi, selon le calcul en ligne pour une demande de l’assurance, un homme fumeur âgé de 56 ans devrait débourser 34,97$ (environ 26 euros) par mois, alors qu’il en coûterait 4,47$ (3,3 euros) pour une femme de 40 ans non-fumeuses.

Ce service peut offrir une protection financière de 25 000$ (18676 euros) lors du premier diagnostic d’un cancer, mais seulement chez les personnes âgées de 54 ans et moins. Les personnes âgées de 55 à 69 ans ont plutôt droit à un versement de 12 500$ (8964 euros).

L’assurance prend fin dès l’âge de 70 ans et il faut être âgé de moins de 60 ans pour y adhérer.

 

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous