Des consultations à 46 € et 60 € chez les médecins généralistes

Publié par , le . Temps de lecture : 2 minutes.

Après le passage de 23 € à 25 € de la consultation en mai 2017, de nouvelles augmentations sur les tarifs des médecins généralistes vont être appliquées à partir du 1er novembre avec les consultations complexes et très complexes facturées jusqu’à 60 €.

Encore de nouvelles augmentations à l’heure où la moitié des Français renoncerait à certains soins faute de moyens ? Pas vraiment, car nous le verrons un peu plus loin, ces nouveaux tarifs (fixés par la nouvelle convention de l’Assurance maladie) ne pèseront pas directement sur le budget des ménages. Le surcoût, estimé à 37 millions d’euros par an, sera en partie assumé par la sécurité sociale.

Trois niveaux de prix pour trois niveaux de complexité

Désormais il y aura trois niveaux de consultations chez les généralistes avec chacun son propre tarif :

  • 25 €, la consultation de base ne nécessitant pas une spécialisation particulière ni d’y accorder un temps inhabituel
  • 46 €, les consultations dites complexes (première consultation de contraception pour une jeune fille, premières consultations obligatoires pour les nourrissons, examen d’enfant en risque d’obésité, suivi de certaines maladies type diabète)
  • 60 €, les consultations dites très complexes (annonce et mise en place d’un traitement pour des pathologies graves type VIH, cancer, Parkinson, Alzheimer, suivi de malformations du fœtus)

L’objectif de ces nouveaux tarifs, valoriser le savoir-faire des médecins ainsi que leur temps. En effet, ces consultations peuvent prendre de 30 minutes à plus d’une heure et ne peuvent être « expédiées ». Du côté des médecins on salue « un réel progrès » mais on prévient déjà que ce ne sera pas suffisant.

Quels remboursements attendre ?

Les deux tiers de ces consultations portent sur des affections de longue durée, les patients concernés sont déjà pris en charge à 100 % et les médecins pratiquent le tiers payant dans la plupart des cas. La première consultation de contraception est elle aussi déjà remboursée à 100 % par l’Assurance maladie.
Pour tous les autres cas, le remboursement de la Sécurité sociale demeure à 70 % et les patients qui profitent d’une complémentaire santé se verront remboursés les 30 % restants. Autrement dit dans l’immédiat, les patients n’auront pas à supporter le surcoût de ces nouveaux tarifs.

 

Parce que l’automobile est un produit majeur de l’assurance, il est tout à fait normal de retrouver sur Hyperassur un journaliste spécialisée comme Alexandre. Depuis une quinzaine d’années, il contribue à de nombreux titres auto et hight-tech, et présente même une émission dédiée à l’automobile (Le Garage – OuatchTV).

Suivez-nous