Une entreprise sur 4 n’agit pas pour la sécurité et la santé de ses employés

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Une étude réalisée par Previsoft s’est penchée sur les moyens développés par les entreprises pour assurer santé et sécurité à leurs employés. Les résultats démontrent que si celles-ci entreprennent des démarches, mais des progrès restent à faire dans leur réalisation.

 

Les entreprises ont un devoir de sécurité et de santé envers leurs salariés. Pourtant, une entreprise sur quatre ne met en place aucune action visant à prévenir ou du moins réduire les risques professionnels de ses salariés.

Depuis 2001, toutes les entreprises doivent réaliser chaque année un “document unique d’évaluation des risques professionnels” autrement appelé DU. C’est dans ce document que doivent figurer les risques liés au bruit, au travail sur écran, à l’organisation mais aussi à la charge de travail et chaque entreprise doit définir ses propres critères en fonction de son activité. Ce document obligatoire permet d’identifier les risques liés à la santé et à la sécurité des salariés pour ensuite définir les actions à entreprendre pour les réduire ou du moins agir en prévention.

Mais selon l’enquête, 84% de 300 entreprises interrogées ont réalisé ce document, et un quart ne met en place aucune mesure pour diminuer ou prévenir les risques. De même, moins d’une entreprise sur deux a réalisé un diagnostic des risques psychosociaux (RPS) afin de déterminer les risques liés aux conditions de travail sur la santé mentale, physique et sociale de ses employés.

48,3% des entreprises réalisent un diagnostic RPS

Les entreprises entament donc bien des démarches de prévention et d’analyse des risques, mais elles ne vont pas jusqu’au bout puisqu’aucune action ne ressort de ces diagnostics. Une explication pourrait être le flou entourant la législation à ce propos. En effet, il n’existe pas encore de définition précise de ce que sont les risques psychosociaux dans le code du travail, ce qui laisse les entreprises penser qu’une simple prévention peut suffire.

Néanmoins, l’étude démontre quelques améliorations sur les dix dernières années, particulièrement dans le domaine de l’industrie. Ces progrès sont notamment dus à des formations plus complètes et à une modernisation des machines qui permet de réduire visiblement les risques de ces métiers.

 

Parce que l’automobile est un produit majeur de l’assurance, il est tout à fait normal de retrouver sur Hyperassur un journaliste spécialisée comme Alexandre. Depuis une quinzaine d’années, il contribue à de nombreux titres auto et hight-tech, et présente même une émission dédiée à l’automobile (Le Garage – OuatchTV).

Suivez-nous