États Généraux : le point sur l’alimentation des Français

Publié par , le . Temps de lecture : 2 minutes.

Le 20 juillet, une concertation a été lancée à Bercy afin de créer des États généraux de l’alimentation. L’objectif de cette initiative, qui faisait partie des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, est de revoir le modèle agricole français et de soutenir le secteur agricole. En 2016, en effet la moitié d’entre eux ont touché moins de 350 euros.

Les États généraux ont pour objectif de veiller à un partage équitable de la valeur ajoutée des produits alimentaires entre tous les acteurs du marché, dans un contexte de crise majeure du secteur agricole. Une coalition de 38 organisations non gouvernementales a salué d’une voix commune l’initiative du Président de la République concernant l’ouverture des États généraux de l’alimentation.
Les enjeux des discussions sont nombreux, et portent notamment sur la fiscalité agricole, la santé ou encore l’adaptation au changement climatique. Durant tout l’automne, des sujets seront donc débattus afin de garantir un partage équitable entre les acteurs du secteur agroalimentaire, de la grande distribution et des agriculteurs. La coalition tient à veiller à ce que tous les sujets prioritaires soient intégrés aux États généraux.

Selon Arnaud Gauffier (du WWF), le modèle actuel doit être réinventé, dans le but de protéger l’environnement et d’assurer un revenu correct aux agriculteurs. Les mesures évoquées incluent le bio, mais également l’agroécologie dans un sens plus large.

Garantir de meilleures conditions de travail aux agriculteurs

Les grands axes de la consultation doivent encore être détaillés mais le comité de pilotage des États généraux a retenu quatre grands objectifs qui seront : la promotion des choix de consommation en privilégiant une alimentation saine et durable, accompagner la transformation des modèles actuels de productions, relancer la création de valeur et en assurer une répartition équitable et enfin garantir aux agriculteurs de meilleures conditions de travail et le paiement de prix justes.

D’ici la fin de l’année, l’ensemble des 11 ministères concernés se réuniront lors de débats et de différents ateliers, divisés en groupes de travail à partir du 29 août jusqu’à la fin du mois de septembre. Une deuxième phase aura lieu avec d’autres ateliers jusqu’à fin novembre. En parallèle, un site internet recueillera les contributions du public, qui seront intégrées aux débats. Enfin, des sessions en régions seront encore organisées ; les États généraux devront être restitués d’ici mi-décembre, sur la base de différents rapports couvrant l’ensemble des thèmes de l’alimentation.

Olivier c’est un peu le « Monsieur technique » de la rédaction. Tous les objets roulants (les non roulants aussi !) n’ont aucun secret pour lui. Quand il s’agit d’expliquer pourquoi un contrat ou une garantie convient le mieux à tel ou tel véhicule, c’est à lui qu’on fait appel. Il est aussi une référence de la protection de votre habitation.

Suivez-nous