Le café pour lutter contre les maladie d’Alzheimer et de Parkinson

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Les recherches scientifiques ont démontré que l’enzyme NMNAT2 possède une action anti-stress très importante contre certaines protéines qui jouent un rôle-clé dans l’accumulation de plaques dans le cerveau. L’enzyme lutte efficacement contre ces éléments responsables de troubles neurodégénératifs graves tels que les maladies d’Alzheimer et de Parkinson.

Or, il apparaît que plusieurs composants issus de la caféine auraient un effet bénéfique sur cette enzyme, avec des propriétés neuroprotectrices. Ce constat a été établi par des chercheurs américains de l’Université de l’Indiana. Dans l’étude publiée récemment et résumant leurs travaux, il apparaît que sur les 1 280 composés du café, 24 sont bénéfiques pour renforcer l’activité de l’enzyme NMNAT2. Parmi les composés identifiés, on peut citer le Rolipram, ainsi que l’acide rétinoïque qui est un dérivé de la vitamine A.

Deux tasses par jours suffisent pour renforcer l’effet neuroprotecteur

Selon Lu Hui-Chen, responsable de l’étude, il s’agit d’une découverte qui ouvre une porte supplémentaire dans la recherche d’un traitement médicamenteux pour faire augmenter de façon artificielle le taux de l’enzyme dans le cerveau. En attendant, il est recommandé de boire deux tasses quotidiennes pour renforcer l’effet neuroprotecteur.

Consommé avec modération, le café offre également d’autres propriétés bénéfiques pour la santé. Il agit sur la contraction des muscles et donc sur la respiration, sur le système nerveux et également sur le système digestif. Enfin, la caféine a pour avantage d’être absorbée très rapidement, ne restant pas plus de 30 minutes dans le sang après ingestion.

Parce que l’assurance santé est complexe et les réponses des forums pas toujours claires, nous avons fait appel à une spécialiste des remboursements santé et des garanties proposées par les mutuelles. Tous les jours Leslie est à l’écoute des internautes. Elle essaye aussi d’éveiller les consommateurs à l’assurance santé des animaux.

Suivez-nous