Les français et l’automédication

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Selon le Conseil de l’Ordre des Médecins, l’automédication est « l’utilisation, hors prescription médicale […] de médicaments considérés comme ayant reçu l’autorisation de mise sur le marché avec la possibilité d’assistance et de conseils de la part des pharmaciens ».

Les avantages de l’automédication

Il faut se montrer prudent face à l’utilisation de l’automédication mais cela reste une solution tout à fait acceptable pour soigner les petits maux, migraine, rhume, mal de gorge, mal d’estomac, douleurs diverses, fatigue et petites plaies. Les patients peuvent accéder à des soins à moindre frais. En générale, les français consacrent entre 10 et 50 euros par an à l’automédication. L’accès au soin est également plus rapide car sans attente d’un rendez-vous. Le rôle de pharmacien est alors ici capital pour le conseil et la relation avec le malade.

Le rôle de la mutuelle

Beaucoup de mutuelles ne proposent pas la prise en charge, même partielle de l’automédication cependant de plus en plus d’organismes prennent conscience de l’importance de cette tendance. Lorsque c’est pris en charge, l’automédication est couverte sous la forme d’un forfait avec une liste de médicaments prédéfinis qui varie selon les mutuelles. Il faut noter que le tiers payant ne fonctionne pas dans le cadre de l’automédication, il faudra donc avancer les frais à l’achat.

Laurence est une journaliste expérimentée, particulièrement pointue dans tous les sujets de consommation et de droit pratique. Elle est notamment l’auteure de titres de référence L’Assurance pour les Nuls, Créer sa boîte pour les Nuls, Préparer sa retraite pour les Nuls (Editions First).

Suivez-nous