« Les médecins ne sont pas des pigeons », le bras de fer est lancé

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Pour la ministre de la santé, les dépassements d’honoraires ne sont plus acceptables. Les médecins hospitaliers par exemple, ont droit d’exercer une fois par semaine une activité libérale dans un établissement public. Ils en profitent alors pour imposer une prestation plus chère que dans le privé. « Intolérable » pour Marisol Touraine. Les syndicats, les mutuelles et l’Assurance Maladie sont justement en train de chercher des mesures applicables pour réduire ces dépassements dans le secteur 2. Les négociations devraient finir le 17 Octobre, si aucune turbulence ne venait s’interposer.

Et c’est dans ce contexte qu’intervient le mouvement « Les médecins ne sont pas des pigeons », lancé par le chirurgien esthétique niçois Philippe Letertre. Le mouvement aura fort à faire pour gagner en crédibilité, quand on sait qu’en 2011, ce ne sont pas moins de 2,4 milliards d’euros de dépassement d’honoraires qui ont été réalisés, notamment par les spécialistes. Les prix peuvent monter jusqu’à 12 fois le tarif imposé par l’Assurance Maladie, chiffre constaté par « 60 millions de consommateurs » en Mars 2012.
Nous nous permettrons ainsi d’ajouter que les patients non plus ne sont pas des pigeons. Cette demande de revalorisations des honoraires des spécialistes risque de ne pas séduire les français, qui dépensent déjà beaucoup d’argent dans des prestations souvent peu couvertes par l’Assurance Maladie.

Le conseil d’Hyperassur : utilisez un comparateur de mutuelle pour trouver une offre répondant à vos besoins. Certaines mutuelles couvrent d’avantage les dépassements d’honoraires pratiqués par certains spécialistes.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous