Lutte contre la surconsommation d’antibiotiques

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

La ministre estime que mieux contrôler la vente et la consommation d’antibiotiques permettrait d’économiser une somme non négligeable à la sécurité sociale et aux mutuelles.

Cependant, le vrai enjeu de ce projet est de l’ordre de la santé. Le principal effet négatif de la surconsommation est le développement de la résistance des bactéries à nos médicaments. C’est le système entier des antibiotiques qui risque d’être mis en cause avec ce phénomène de résistance.

Pour lutter contre ce problème, la ministre souhaite instaurer plusieurs projets qui contrôleraient le besoins et le nombre d’antibiotique prescrit. La vente de médicaments à l’unité permettrait de fournir au malade le nombre exacte de gélules nécessaires pour le traitement de la maladie et uniquement celui-ci. La ministre propose également le développement de tests pour identifier l’origine de la maladie et prescrire des médicaments appropriés dans tous les scénarios.

Laurence est une journaliste expérimentée, particulièrement pointue dans tous les sujets de consommation et de droit pratique. Elle est notamment l’auteure de titres de référence L’Assurance pour les Nuls, Créer sa boîte pour les Nuls, Préparer sa retraite pour les Nuls (Editions First).

Suivez-nous