Maladie cardio-vasculaire : première cause de décès chez les femmes

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Un mode de vie différent

Le mode de vie des femmes a évolué ces dernières décennies, et ce sont leurs comportements qui les exposent d’avantage aux MCV. En 1995, 3,7% des femmes ayant un infarctus ont moins de 50 ans. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 11,6% des femmes qui sont concernées. Leurs modes de vie se rapprochent progressivement de celui des hommes (tabac, manque de sommeil, stress au travail…) et ces comportements augmentent les risques de MCV. Aussi, cette tendance n’évolue pas. Les hommes eux diminuent leur consommation de cigarettes alors que la consommation des femmes stagne.
Autre problème, le diagnostic et la prise en charge de ces maladies chez les femmes et plus long que chez les hommes. Le taux de mortalité en est deux fois plus élevé chez elles.

D’après la FFC (Fédération Française de Cardiologie), les médecins généralistes, les gynécologues, l’assurance maladie et la mutuelle ont un rôle important à jouer pour lutter contre ces maladies. Notamment dans la prévention, et en étant d’avantage attentifs aux différents symptômes. Cela réduirait sans doute le nombre de tuées par des accidents cardio-vasculaires, s’élevant aujourd’hui à 80 000 femmes par an. Cela représente 54.5% des 147 000 personnes tuées tous les ans en France, plaçant la MCV comme 1ère cause de mortalité chez les femmes.

Parce que l’automobile est un produit majeur de l’assurance, il est tout à fait normal de retrouver sur Hyperassur un journaliste spécialisée comme Alexandre. Depuis une quinzaine d’années, il contribue à de nombreux titres auto et hight-tech, et présente même une émission dédiée à l’automobile (Le Garage – OuatchTV).

Suivez-nous