Médicaments déremboursés : réelles économies ou mauvais calcul ?

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Près de 150 médicaments ont vu leur taux de remboursement passer de 35 à 15 % depuis la mi-avril 2010. Le magazine Alternatives Economiques estime que « cette dernière vague de déremboursements devrait entraîner quelque 150 millions d’euros d’économies pour l’assurance maladie », soit une « économie marginale » face à l’ensemble des remboursements de médicaments qui ont représenté, en 2008, environ 20 milliards d’euros.

D’autre part, le magazine estime que dérembourser certains médicaments contribuerait indirectement à en augmenter les tarifs, les pharmaciens se laissant la possibilité de fixer le prix de vente. Le prix des médicaments non remboursés aurait ainsi plus que doublé ces vingt dernières années affirme Alternatives Economiques.

Cette situation aboutirait à des écarts surprenants. Ainsi, l’ibuprofène 200 mg en boîte de 30 comprimés, remboursée par l’assurance maladie, est vendu 1,91 euro, tandis qu’une boîte d’Ibuprofène 200 mg dans un format plus petit (20 comprimés), non remboursé dans ce conditionnement, peut être vendue dans certaines officines jusqu’à 3 euros.

Lire l’ensemble de l’article sur le site Alternatives Economiques

 

Laurence est une journaliste expérimentée, particulièrement pointue dans tous les sujets de consommation et de droit pratique. Elle est notamment l’auteure de titres de référence L’Assurance pour les Nuls, Créer sa boîte pour les Nuls, Préparer sa retraite pour les Nuls (Editions First).

Suivez-nous