Mutuelle : la consultation sur internet n’intéresse pas les Français

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Selon le sondage, seulement 17% des personnes interrogées – 20% des hommes, 14% des femmes – se disent prêtes à utiliser internet pour consulter un médecin (2% ne se prononcent pas).

Les 81% qui n’y sont pas prêts expliquent leurs réticences par la crainte d’un mauvais diagnostic, un besoin de proximité avec le médecin, ou encore une procédure méconnue.
Les cadres (32%) y sont plus favorables que la moyenne. Par âge, les plus susceptibles de recourir à la télémédecine sont les 25-34 ans (24%) et les 35-49 ans (21%). Les moins enthousiastes sont les plus de 65 ans (7%).

Alors que c’est là qu’il y a le plus de médecins en France, les habitants de l’agglomération parisienne sont 22% à être intéressés par cette technique, présentée souvent, rappelle le Groupe Pasteur, comme une solution à la désertification médicale dont souffrent certaines régions moins peuplées.

Moins familiers sans doute de l’outil, les habitants des communes rurales ne s’y intéressent qu’à 14%.

Le sondage a été réalisé à la demande du Groupe Pasteur Mutualité, premier acteur mutuelle des professionnels de santé. 1.010 personnes ont été interrogées par téléphone les 28 et 29 octobre, quelques jours après la publication d’un décret au Journal officiel réglementant la télémédecine.

 

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous