Et si les objets connectés remplaçaient un jour les médecins ?

Publié par , le . Temps de lecture : 2 minutes.

Depuis quelques années, le domaine de la e-santé est en développement, notamment grâce aux objets connectés qui s’installent de plus en plus dans nos vies. Une expansion qui pourrait laisser penser que d’ici quelques années, les médecins et le personnel médical pourraient être remplacés par ces innovations technologiques.

Qu’il s’agisse des géants de la Silicon Valley ou de starts-up, de nombreuses entreprises s’intéressent au secteur de la santé connectée. Chacun rivalise d’invention pour que les nouvelles technologies se mettent au service de notre santé. Et parmi celles-ci, on retrouve l’Intelligence Artificielle, qui pourrait permettre de détecter et de diagnostiquer des maladies de façon précoce et ainsi réduire les dépenses de santé.

Ce marché est d’ailleurs principalement porté par les smartphones et les objets connectés. Par exemple, une application téléchargeable sur smartphone et reliée à une montre intelligente permettrait de détecter les battements du coeur anormaux qui pourraient conduire le porteur à une crise cardiaque. Et cela, grâce à des capteurs intelligents situés sous la montre et qui seraient capables de déterminer si le battement est normal ou s’il peut y avoir un risque.

De plus, des chercheurs d’Harvard et de l’Université du Vermont ont créé un outil qui permettrait d’identifier les cas de dépression, simplement en analysant les photos que les personnes publient sur les réseaux sociaux. Ce sont donc 43 000 photos qui ont ainsi été analysées par l’outil et selon les conclusions des deux universités, les résultats obtenus par l’outil seraient plus efficaces que le diagnostic de médecins.

17% des Français utilisaient déjà une appli de e-santé en 2016

La technologie a toujours été au service de la médecine et le plus probable pour le moment est la continuité de ce système. Il est vrai que les objets connectés et l’IA apportent un plus à la médecine en détectant les maladies plus rapidement et donc en permettant aux médecins d’agir beaucoup plus tôt. Mais le diagnostic humain sera toujours nécessaire dans la mesure où chaque patient présente un profil différent.

C’est finalement dans le domaine de la prévention que ces nouvelles technologies sont le plus efficaces puisqu’aujourd’hui la majorité de la population possède un smartphone et de plus en plus de personnes téléchargent des applications e-santé. Celles-ci sont très prisées par les personnes diabétiques car elles les aident à gérer leur taux de glycémie et leur donnent des conseils pour adapter leur alimentation comme Novi-Chek. Mais la plupart des applis e-santé permettent de gérer ses rendez-vous chez le médecin, et en cas d’urgence de fournir les informations nécessaires telles que son groupe sanguin ou les pathologies éventuelles. C’est le cas Doctisia ou de Qalyo. Enfin, se sont les applis de bien-être et de remise en forme qui sont le plus téléchargées, comme 7 Min Workout, qui aide l’utilisateur à faire 7 minutes d’exercice par jour.

Parce que l’automobile est un produit majeur de l’assurance, il est tout à fait normal de retrouver sur Hyperassur un journaliste spécialisée comme Alexandre. Depuis une quinzaine d’années, il contribue à de nombreux titres auto et hight-tech, et présente même une émission dédiée à l’automobile (Le Garage – OuatchTV).

Suivez-nous