Prothèses PIP : Jean-Claude Mas risque 4 ans de prison ferme

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Jean-Claude Mas et quatre autres responsables de la société PIP comparaissaient hier devant la 6ème chambre du tribunal correctionnel de Marseille. Le procureur de la République a requis 4 ans fermes pour le fondateur, et des peines de 6 à 24 mois d’emprisonnement pour ses collaborateurs, les cinq étant jugés pour tromperie aggravée et escroquerie. 100 000 euros d’amende lui ont également été demandé, ainsi qu’une interdiction définitive d’exercer dans le secteur médical ou de gérer une entreprise.

Qu’en pensent les victimes ?

Les implants mammaires frauduleux de la société PIP auront fait plus de 7 400 victimes, lesquelles ont subi des séquelles physiques et morales lourdes. 30 000 personnes seraient encore porteuses de prothèses en France, et plusieurs centaines de milliers d’autres dans le monde entier. Aujourd’hui, les victimes ne sont pas satisfaites de la peine demandée par le procureur de la République et s’inquiètent également des conditions d’indemnisation. La crainte principale est de ne pouvoir prétendre qu’à des préjudices moraux et non physiques. Aussi, la solvabilité de Jean-Claude Mas face à la quantité d’indemnisations demandées par les victimes laisse planer le doute.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous