Réforme des soins dentaires : le remboursement de soins nouveaux

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Pour parvenir à un nouvel accord sur la réforme des soins dentaires, il est indispensable que la CNSD et la FSDL le valident conjointement. Les discussions portent notamment sur l’enveloppe de l’Assurance maladie et le remboursement de soins nouveaux. La proposition de l’Assurance maladie se monte à 806 millions d’euros, dont 168 millions pour la complémentaire santé.

Le fonds CMU-C se verrait attribuer un montant de 72 millions, permettant ainsi de revaloriser plusieurs catégories de soins nouveaux comme le déchaussement des dents et la parodontie, en plus des soins conservateurs (caries, détartrages).

Cependant, les syndicats relèvent l’insuffisance de cette enveloppe. Pour équilibrer l’ensemble de l’activité des dentistes, une revalorisation de 2,7 milliards est nécessaire, avec des plafonds rehaussés (actuellement ils sont bloqués pour 30 ans). Ainsi, l’Union dentaire continue de plaider pour des espaces de liberté tarifaire en ce qui concerne les prothèses.

Si la réforme est adoptée, un investissement important devra être envisagé

Actuellement, l’assurance maladie est en train de revoir l’estimation dans le but d’une prochaine nouvelle négociation. Dans tous les cas, il est admis qu’un investissement important doit être envisagé. Pour les prothèses, le plafonnement proposé permettrait ainsi d’apporter un gain de 341 millions d’euros aux dentistes (contre 272 millions en ce moment). En cas d’absence d’accord, le projet devra passer par le gouvernement.

Parce que l’assurance santé est complexe et les réponses des forums pas toujours claires, nous avons fait appel à une spécialiste des remboursements santé et des garanties proposées par les mutuelles. Tous les jours Leslie est à l’écoute des internautes. Elle essaye aussi d’éveiller les consommateurs à l’assurance santé des animaux.

Suivez-nous