Santé : partir en retraite plus tôt augmenterait le risque de mort prématurée

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Les auteurs de cette enquête, Andreas Kuhn, Jean-Philippe Wuellrich et Josef Zweimüller, trois universitaires de Zurich, ont établit leur enquête un dispositif d’indemnisation du chômage datant des années 1980, en Autriche. Cette mesure vieille de 30 ans permettait aux ouvriers chômeurs de prendre leur retraite à partir de 55 ans au lieu de 58 ans, et aux ouvrières de la prendre à 50 ans au lieu de 55.

En comparant la mortalité dans les régions concernées par cette réforme et celles qui ne l’étaient pas, les chercheurs se sont aperçus que les hommes partis en retraite anticipée avaient augmenté de 13,4 % leurs chances de mourir avant 67 ans. En revanche, pour les femmes, un départ à la retraite anticipé n’a eu aucun effet sur l’âge du décès.

Maladies cardio-vasculaires liées à l’inactivité

Pour expliquer cette surmortalité, les trois chercheurs ont d’emblée éliminé la question de l’accès aux soins pour les retraités. L’Autriche disposant d’une couverture maladie universelle pour tous, retraités comme salariés, et nombreux sont les retraités qui disposent d’une mutuelle complémentaire. La raison n’est pas non plus liée à un problème de pertes de revenus liées à une anticipation de la retraite.

En fin de compte, les chercheurs ont découvert que 65% des retraités prématurément décédés étaient morts de maladies cardio-vasculaires ou de cancers, engendrées par l’inactivité liée à la fin de la routine du travail et de l’activité physique quotidienne, à laquelle s’ajoute parfois la dépression.

Quant aux femmes, celles-ci «s’

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous