Voiture autonome : quel impact sur l’assurance auto ?

Voiture autonome

Selon un sondage Hyperassur, 51% des conducteurs se disent prêts pour la voiture autonome. Avec l’émergence de la voiture autonome, la question de l’assurance automobile se pose forcément. La plupart des accidents de la route mettent en cause une erreur humaine et la conduite autonome est autant un enjeu économique qu’écologique.


La voiture autonome : un nouveau moyen de mobilité

D’ici 10 ans, la voiture autonome sillonnera bel et bien les routes du monde entier.
Ce nouveau moyen de mobilité amorcé par les GAFA (Google, Uber, Lyft) et les constructeurs automobiles (Ford, Volvo) est pour le moment freiné par la législation au niveau fédéral, aux État-Unis notamment.

En France la loi sur la transition énergétique autorise depuis 2015 la circulation de véhicules « à délégation partielle ou totale de conduite à des fins expérimentales ».

 

Voiture autonome de google
Voiture autonome Google
Navette autonome Paris
Navette autonome de la RATP

 

D’autres technologies semi-autonomes ont vu le jour, comme les assistants de conduite en embouteillage ou de stationnement. En outre la convention de Vienne n’autorise que les systèmes désactivables et cela reste limité à quelques modèles haut de gamme.

La voiture autonome promet d’être plus performante que l’homme et de supprimer la notion d’habitude qui est jugée dangereuse, notamment sur les trajets quotidiens. Or pour le moment, nous ignorons si la machine est capable d’éviter 100% des accidents, et qui assumera les accidents si ce risque est présent.

Comment intervient l’assurance auto dans le cas d’une voiture autonome ?

 

Avoir les deux mains sur le volant, et être maître de son véhicule en toutes circonstances.

Tel est le principe fondateur de la convention de Vienne de 1968 en matière de circulation routière.
Mais les voitures autonomes viennent renverser la situation, notamment au niveau de la responsabilité civile.
Le propriétaire du véhicule, le conducteur qui n’est plus qu’un passager, le constructeur de la voiture ou du système d’exploitation, ou encore le navigateur, qui pour endosser les torts en cas d’accident ?

La garantie du conducteur ne ferait donc plus partie du contrat auto dans le cas d’une voiture autonome.
Les compagnies d’assurances planchent sur un contrat de déresponsabilisation du conducteur-passager qui couvrirait alors la responsabilité du véhicule.

 

Bon à savoir

Cela est bien sûr valable dans le cadre d’une circulation 100% autonome avec l’installation de boîtes noires dans les voitures .. Ces dernières étant capables de dire qui de la machine ou de l’homme avait la main au moment de l’accident.

Certains spécialistes recommandent de s’inspirer de l’aviation, avec l’indemnisation systématique des individus, la responsabilité de la machine étant acquise par défaut .. Cela obligerait les compagnies à plus de coopération pour arriver à une forme d’équilibre dans les indemnisations.

Suivez-nous