Ça y est, vous voilà « étudiant ». Vous allez bénéficier de tous les avantages qui découlent de ce statut. Mutuelle étudiante et tarifs préférentiels ne sont que quelques-uns de ceux-ci. HyperAssur vous guide pour faire vos premiers pas dans le monde de la mutuelle, et décrypte pour vous celle qui sera adaptée à vos besoins sans pour autant ruiner votre budget.

Ce qu’il faut retenir

  • Les sécurités sociales étudiantes seront définitivement abolies le 31 août 2019 ;
  • Il est possible de rester sous la complémentaire santé de ses parents ;
  • Les mutuelles étudiantes sont spécialisées et exclusivement réservées aux besoins de ces derniers.

 

Ce qui change pour les étudiants inscrits depuis 2018

À la différence des générations précédentes, la rentrée 2018 a vu la suppression de la sécurité sociale étudiante, une démarche qui sera généralisée automatiquement dès la rentrée de septembre 2019. Auparavant, tous les étudiants étaient obligés de s’inscrire à cette caisse spécifique alors qu’aujourd’hui ils peuvent continuer d’être affilié au régime général.

Cette évolution implique, dès lors, plusieurs changements. Tout d’abord c’en est fini des cotisations obligatoires dès la première rentrée. C’est un véritable gain de pouvoir d’achat puisque la fédération des étudiants a indiqué que le coût de la rentrée avait baissé d’environ 6 %.

Ensuite, les étudiants auront moins de démarches administratives à effectuer pour se faire rembourser puisqu’ils resteront sous le régime de protection sociale qu’ils ont depuis leur naissance. Pour compléter vos remboursements de santé, vous pourrez, en revanche, opter pour une complémentaire santé étudiante adaptée à vos besoins.

Pour cela, et être sûr de faire le bon choix, un comparateur de mutuelles étudiantes va vous donner un aperçu des différentes offres du marché en fonction de votre situation personnelle.

 

Et si vous étiez étudiant avant 2018 ?

Dans le cadre de la poursuite d’études supérieures, les étudiants déjà affiliés à une sécurité sociale étudiante bénéficient de leur contrat encore une année. En revanche, comme indiqué précédemment, avec la suppression générale de la sécurité sociale étudiante qui entre en vigueur au 31 août 2019, tous les étudiants seront concernés par ce changement à cette date. L’année scolaire 2018-2019 peut donc être considérée comme une année de transition.

Ainsi, en ce qui concerne le remboursement des soins des étudiants affiliés à une sécurité sociale étudiante, cette année scolaire ne change rien, elle ressemble en tout point à la précédente.

Désormais, l’ensemble des étudiants qui possèdent une mutuelle bénéficie d’une assurance accidents du travail et maladies pro. Ils sont ainsi couverts :

  • Pendant les cours, en laboratoire ou en atelier ;
  • Et durant les stages en entreprise.

 

Comment choisir sa complémentaire santé étudiante ?

Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver face à la multitude des offres du marché. Pour aider les étudiants à choisir une garantie adaptée sans pour autant vider leur porte-monnaie, deux possibilités se présentent à eux.

 

Rester couvert par le contrat de ses parents

Faire le choix de conserver la mutuelle de ses parents peut s’avérer être une solution particulièrement avantageuse. En effet, une garantie familiale est souvent plus intéressante que l’addition de plusieurs contrats individuels. Deux étudiants sur trois sont dans cette situation, mais les parents doivent toutefois prévenir leur organisme complémentaire du changement de situation de leur enfant.

Les conditions d’affiliation

Il est possible de bénéficier du contrat famille jusqu’à au moins 21 ans. Cependant, il est nécessaire de prendre connaissance des conditions et des tarifs pour une telle extension de garantie.

Opter pour une complémentaire spécifique

La deuxième option réside donc dans le fait de souscrire à une mutuelle spécifique aux étudiants.

Comme son nom l’indique, cet organisme est exclusivement réservé à ceux qui, parcqe qu’ils suivent un enseignement supérieur, en ont le statut. Les formules commercialisées sont alors entièrement dédiées et prévues pour eux. Une mutuelle complémentaire étudiante offre, par exemple, un remboursement des soins ciblé comme :

  • Les visites chez l’ophtalmologue ou le dentiste ;
  • Celles chez le gynécologue ;
  • Les moyens contraceptifs ;
  • Ainsi que l’aide au sevrage tabagique.

D’autres avantages sont aussi proposés. Par exemple :

  • Le service de tiers payant pour ne pas avoir d’avance de frais ;
  • La prise en charge d’actes de prévention ;
  • Des services adaptés pour une couverture à l’étranger ;
  • Également la souscription possible pour une durée réduite, à partir de 3 mois ;
  • Et une couverture à prix réduit.

De plus, il est très facile de d’adhérer à une mutuelle étudiante, et cela peut être fait tout au long de l’année scolaire. En général, une complémentaire classique coûte à un étudiant environ 120 €, soit 10 € par mois. Et elle comprend les frais essentiels : généralistes, spécialistes et les frais d’hospitalisation.

 

Les aides pour financer une complémentaire

Que faire dans le cas d’un mini-budget, ce qui est souvent le cas d’un étudiant ? Si vos moyens sont trop restreints pour souscrire une mutuelle, vous pouvez tout de même prétendre à certaines aides de protection sociale. Parmi celles-ci, la CMU (Couverture Maladie Universelle) peut, par exemple, vous faire bénéficier d’une mutuelle gratuitement. D’autres aides existent aussi, qui sont accessibles sous certaines conditions.

 

La couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C)

Cette aide est réservée aux personnes de moins de 25 ans, mais est toutefois soumise à plusieurs conditions.

  • La situation financière de la famille ;
  • Le fait d’être en situation régulière ;
  • Et aussi celui de résider en France depuis plus de 3 mois.

L’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS)

Les conditions d’obtention de cette seconde aide sont les mêmes que précédemment, par contre ne peuvent y prétendre que les personnes qui se sont vu refuser la CMU-C.

&snbsp;

Des organismes spécialisés pour vous aider

Dans certains départements, des enveloppes peuvent être allouées à la protection des jeunes étudiants et peuvent leur permettre de subvenir à une mutuelle. Pour connaître les départements éligibles, il faut donc se renseigner auprès des Conseils généraux.

Sous conditions de ressources financières, certains Conseils régionaux ont aussi mis en place des dispositifs similaires. Ils visent aussi à subventionner les complémentaires étudiantes de ceux qui ne peuvent pas se permettre d’y souscrire.

La rentrée 2018 a signé la fin des Sécu étudiantes, mais elle n’a cependant pas remis en cause les complémentaires. Ces dernières s’avèrent toujours nécessaires pour subvenir à tous les besoins de santé des personnes qui poursuivent des études supérieures.

Les protéger à des coûts raisonnables, voilà l’intérêt de ces organismes. Pour trouver celui qui vous conviendra le plus, faites une simulation sur notre comparateur d’assurances mutuelles étudiantes.

 

Comparer les mutuelles étudiantes