Décès d’un proche : quelles sont les démarches à accomplir ?

Comparez gratuitement les contrats obsèques de 4 assureurs et obtenez le meilleur prix.

  • 1 000 à 2 000€
  • 2 000 à 3 000€
  • 3 000 à 4 000€
  • 4 000 à 5 000€
  • 5 000 à 6 000€
  • 6 000 à 7 000€
  • 7 000 à 8 000€
  • 8 000 à 9 000€
  • + de 10 000€
Devis gratuits
Devis gratuits
comparateur
4,1 sur 5
starsstarsstarsstarsstars
starsstarsstarsstarsstars
4,1 sur 5

Faire face au décès d’un proche est déjà une chose difficile. S’occuper des formalités administratives liées à ce décès l’est d’autant plus. Ci-dessous, nous listons pour vous les différentes démarches que vous allez devoir accomplir afin de déclarer le décès, clôturer les différents comptes du défunt et organiser les funérailles de ce dernier.

Quelles sont les démarches urgentes après un décès ?

Dans les 24 heures suivant le décès, il est impératif de faire une déclaration officielle à la mairie de la commune où ce dernier a eu lieu. Vous devrez vous munir :

  • du certificat médical qui atteste le décès,
  • du livret de famille du défunt,
  • d’une pièce d’identité du défunt,
  • du justificatif d’identité de la personne qui effectue les démarches.

Si votre proche décède dans un hôpital ou une maison de retraite, c’est l’établissement en question qui effectue cette formalité gratuitement. La mairie devra vous remettre une dizaine d’exemplaires de l’acte de décès.

Quelles formalités accomplir la semaine suivant le décès ?

L’ensemble des formalités ci-dessous doivent être menées dans la semaine suivant le décès, en s’appuyant sur l’acte de décès à fournir pour chacune d’entre elles.

  • Il vous faudra prévenir rapidement la banque et autres organismes financiers chez qui le défunt possédait des comptes afin que ces derniers soient mis sous tutelle ou sous scellés.
  • Si le défunt était pacsé, il vous faudra prévenir le tribunal d’instance.
  • L’employeur du défunt devra bien entendu être prévenu dans les 48 heures suivant sa mort. N’oubliez pas de régler les questions de fin de contrat, de solde et d’indemnités éventuelles. Également, de nombreuses entreprises proposent des assurances groupées : elles peuvent vous accompagner dans les formalités mais également d’un point de vue financier. Si le défunt était au chômage, le Pôle Emploi devra être prévenu.
  • Les assurances du défunt devront être prévenues et éventuellement informées pour entrer en action concernant d’éventuels remboursements ou prises en charge. Enfin, il sera important de prévenir la caisse de retraite ainsi que la CRAM, la CPAM s’il y a lieu ou encore l’APA (aide sociale aux personnes âgées) afin que d’éventuels versements ou prélèvements soient stoppés.
  • Si le défunt était propriétaire, il est essentiel de prévenir le bailleur, le locataire et le syndic de copropriété dans les 72 heures suivant le décès.

Décès d’un proche : ce qu’il ne faut pas oublier

  • Il est nécessaire d’informer le centre des impôts, seul ou à l’aide d’un notaire qui aura été également mandaté pour organiser la succession.
  • La Caisse d’allocations familiales devra aussi être informée afin d’adapter les versements éventuels.
  • Il sera également judicieux d’informer les organismes payeurs tels que : les sociétés d’assurances, les sociétés de crédit, les fournisseurs d’énergie, les opérations téléphone et internet. N’hésitez pas à bloquer ensuite toute tentative de prélèvements de ces organismes qui “oublient” parfois d’annuler ces derniers.
  • N’oubliez pas d’envoyer, dans les mois qui suivent, le formulaire de déduction fiscale des frais d’obsèques.
  • Il vous faudra également penser à modifier la carte grise du véhicule que conduisait le défunt.

Vous maîtrisez désormais les bonnes pratiques administratives qui vous permettront de faire face au décès d’un proche sans avoir besoin de perdre du temps avec des déclarations inutiles.

Mise à jour le
Emilie Rapoport est l'auteur de cette page

Rédactrice depuis plusieurs années, Emilie a développé une expertise en assurance, notamment auto et santé.