Location appartement ou chalet en montagne : Dois-je prendre une assurance ?

Publié par , le . Temps de lecture : 2 minutes.

Au coude à coude avec les Etats-Unis dans la course au plus grand domaine skiable du monde, la France compte environ 300 stations dédiées aux sports d’hiver et aux loisirs en montagne.

Selon les chiffres officiels de Veille Info Tourisme, ces dernières proposent une capacité d’hébergement d’environ 7 millions de lits dont les trois quarts se situent dans des résidences secondaires. On comprend alors toute l’importance de la location entre particuliers dans le tourisme d’hiver.

Alors que les stations sont en train d’ouvrir et que les familles préparent leur séjour des fêtes de fin d’année ou des vacances de février, beaucoup se posent la question de

Quelle couverture pour le locataire ?

Mais si le propriétaire n’a contracté aucune assurance, à quelle hauteur ma responsabilité sera engagée si l’un de mes skis brise une vitre par accident ou si l’appareil à raclette en court-circuit crée un début d’incendie ?
Première chose, aucun propriétaire ne peut vous demander de financer une assurance pour couvrir la période de location. Il ne peut pas non plus exiger de vous une attestation de « garantie villégiature ».

Dans les faits, nombreux sont ceux qui refuseront la location sans cette attestation qu’il est très facile d’obtenir auprès de votre assureur si vous possédez un contrat multirisque habitation.

En effet, vous ne le savez peut-être pas mais la plupart des contrats habitation comportent dans leurs garanties acquises d’office une extension villégiature. Autrement dit, pendant les vacances votre assurance habitation s’étend à votre location et notamment la responsabilité civile qui protège contre tous les dégâts matériels ou corporels que vous pourriez causer au bien ou à autrui.

Attention, la garantie villégiature s’applique généralement à une location en France et pour une durée maximale de 3 mois. En conséquence, si vous souhaitez louer sur une durée plus longue, éventuellement à l’étranger ou encore un bien atypique, mieux vaut vérifier directement avec votre assureur les champs d’application de votre contrat et ses exclusions.

Et si je passe par une plate-forme de location ?

Si votre location n’est pas en direct avec le propriétaire, mais fait appel à un tiers de confiance type Airbnb, Abritel, Homelidays ou encore Gîtes de France, ces derniers proposent généralement des garanties comprises dans le montant de la location.

Comme il en va de leur réputation, ces sites de réservation protègent très bien la plupart du temps le locataire et le propriétaire contre les éventuels sinistres.
Là encore il convient de vérifier les conditions d’assurance et notamment les plafonds d’indemnisation.

Enfin, quel que soit le canal de location, il est essentiel de procéder à un état des lieux à l’entrée dans le logement puis à la sortie. Cela évite bien des litiges. Par ailleurs, la caution financière, demandée le plus souvent par le propriétaire et dont le montant est libre, permet en général de trouver une solution à l’amiable sans faire appel à l’assurance.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous