L’aide à domicile permet à une personne en situation de dépendance de rester chez elle. Ce service concerne des personnes âgées, en situation de handicap, atteinte d’une maladie grave ou d’une affection longue durée. Ces prestations s’accompagnent souvent d’aides financières. Comment l’Assurance Maladie et les assurances santé prennent-elles en charge ce dispositif ?

Aide à la personne : le rôle de l’Assurance Maladie

Quand intervient-elle ?

La Sécurité sociale intervient sur prescription médicale : l’aide a pour but de garantir l’autonomie du bénéficiaire. De fait, elle prend en compte son état de santé, qui requiert la présence d’une aide-ménagère ou d’un garde-malade.

Le plus souvent, elle se met en place au retour à domicile d’une personne après une période d’hospitalisation. On constate alors une perte d’autonomie, liée à la dégradation de son état de santé, à une opération orthopédique, etc.

Quel est le rôle de l’aide à domicile ?

Elle apporte une aide à la personne en situation de dépendance dans l’organisation de sa vie quotidienne. Les prestations proposées ne sont pas dispensées par des professionnels de santé (médecins, infirmier(e)s, kinés…). Elles concernent des tâches de la vie courante : préparer le repas, faire des courses, le ménage, assurer l’entretien du linge… L’aide à domicile peut également assister le malade dans les gestes quotidiens qu’il ne parvient plus à effectuer seul : faire sa toilette, s’alimenter, se déplacer…

Parfois, c’est un garde-malade qui interviendra sur certains horaires pour pallier l’absence de la famille et ainsi maintenir un lien social. Il veillera au confort matériel et psychologique de la personne.

Qui est concerné ?

L’aide dispensée par l’Assurance Maladie concerne les assurés sociaux âgés de plus de 60 ans ou en situation de handicap. La personne est éligible sous conditions de ressources et le financement peut varier selon le département. Cette aide se limite à quelques mois et s’exerce sur un nombre défini d’heures hebdomadaires. Selon les circonstances, le bénéficiaire peut la renouveler, notamment s’il souffre d’une Affection de Longue Durée (ALD).

Comment en bénéficier ?

Il est nécessaire de disposer d’une prescription médicale qui précisera le besoin du recours à une aide à domicile. Elle devra s’accompagner d’un formulaire de demande, fourni par l’Assurance Maladie, en justifiant de ses ressources.

Très souvent, les caisses d’assurance maladie et les associations locales d’aide à domicile établissent des partenariats. Ce dispositif facilite grandement la mise en place des prestations.

Ainsi, les personnes de plus de 55 ans peuvent bénéficier de l’ARDH (Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation), pour 3 mois maximum à partir de la date du retour au domicile. Quant au financement des services, il peut atteindre 1800€, selon le revenu du foyer.

Comment votre complémentaire santé rembourse l’aide à domicile ?

Quel complément peut-elle apporter ?

Dans le cadre d’une aide à domicile, l’assurance santé présente plusieurs intérêts. Selon la situation personnelle du bénéficiaire, elle prend en charge les frais déboursés, en complément de l’Assurance Maladie. Le malade sera donc mieux remboursé. La complémentaire santé peut également augmenter le quota d’heures d’intervention au domicile pris en charge.

De plus, si la personne anticipe sa demande d’aide, l’assurance pourra prendre contact avec un prestataire dans la zone de résidence.

Disposer d’une bonne assurance santé est donc essentiel, notamment pour les seniors dont les besoins augmentent et l’autonomie diminue.

Quelles aides pour faciliter le recours à une aide à domicile ?

L’Assurance Maladie et les complémentaires santé interviennent principalement dans un contexte de retour au domicile après hospitalisation. Cependant, il existe d’autres dispositifs pour aider au maintien à domicile des personnes âgées ou des adultes handicapés. Par exemple : 

  • Des avantages fiscaux ou des déductions de charge. 
  • Les caisses de retraites principales et complémentaires peuvent compléter les aides financières pour leurs adhérents en difficulté, en mobilisant leurs fonds d’action sociale. 
  • Les collectivités locales constituent un relais pour les aides financières. Vous pouvez adresser une demande d’aide aux Centres Communaux d’Actions Sociales (CCAS) ou aux conseils départementaux.
  • Pour les personnes éligibles, l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) couvre, sous conditions, une partie des frais pour préserver l’autonomie des personnes âgées. 
  • La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) est une aide financière versée par le département. Elle comprend 5 types de services et son attribution dépend du degré d’autonomie, de l’âge, des ressources et du lieu de résidence du bénéficiaire.