Que représente le A du permis de conduire probatoire ?

Obtenez des tarifs sur mesure en comparant jusqu’à 150 formules : découvrez les économies qui vous attendent dès aujourd’hui !

Votre voiture actuelle Une nouvelle voiture
Devis gratuits
comparateur
4,1 sur 5
starsstarsstarsstarsstars
starsstarsstarsstarsstars
4,1 sur 5

Instauré depuis 2004, le permis probatoire doit rendre responsable le nouveau conducteur. Il est doté de 6 points au moment de son obtention et passe à 12 points si aucune infraction n’a été commise à l’issue des 3 ans. En effet, chaque année, il gagne 2 points. Si le candidat perd des points pendant sa période probatoire, son capital est celui qui lui reste après le retrait de ses points.

Quelle que soit la durée de la période probatoire, le jeune conducteur est obligé par la loi de signaler aux autres automobilistes son statut d’apprenti de la route par un A rouge sur la vitre arrière de sa voiture. Autrement, il s’expose à une amende de 35 €.

En suivant la conduite accompagnée, les jeunes conducteurs bénéficient d’un permis probatoire réduit à 2 ans. En effet, il est possible pour eux d’acquérir les 12 points après deux ans si aucune effraction n’a été relevée.

Rappelons que le permis probatoire après la conduite supervisée reste de 3 ans.

Le permis probatoire en cas de perte de points

En cas de perte de points durant la période de permis probatoire, il est possible pour le jeune conducteur de récupérer des points.

En effet, s’il ne commet pas d’infraction pendant les 3 années qui suivent le dernier retrait de ses points, il récupère automatiquement les 12 points à la fin de cette période. Il a également la possibilité de suivre volontairement un stage de sensibilisation à la sécurité routière, qui lui permet de récupérer 4 points.

Bien s’assurer en tant que jeune conducteur

Il est possible d’assurer son véhicule avec un permis probatoire. Cependant, les assureurs imposent une prime d’assurance majorée afin de compenser les risques que pourraient entraîner la conduite d’un jeune conducteur. Il est donc conseillé de le déclarer à sa compagnie d’assurance, surtout si le conducteur est principal ou secondaire. En cas de fausse déclaration, il est possible qu’on vous refuse les indemnisations lors d’un sinistre.

Publié par Damien - Mis à jour le