Les bons conducteurs sont-ils avantagés par l’assurance auto ?

Les assureurs traitent-ils tous les profils d’automobilistes de la même façon ? Les bons conducteurs, qui n’ont jamais à déplorer le moindre accident responsable, bénéficient d’un tarif bien plus avantageux grâce au coefficient bonus-malus. Découvrez comment cela fonctionne et comment en profiter.

Les points à retenir
  • Le coefficient bonus-malus, compris entre 0,5 et 3,5, va minorer ou majorer le prix de l’assurance auto.
  • L’absence d’accident responsable permet d’augmenter progressivement votre bonus.
  • Certains assureurs accordent des avantages particuliers aux conducteurs prudents ayant atteint le bonus maximum.
  • Un accident non responsable n’aura aucun impact sur votre bonus.

Qu’est-ce qu’un bon conducteur aux yeux de votre assureur ?

Toutes les grandes compagnies d’assurances retiennent généralement les mêmes critères pour trier les bons automobilistes des profils à risques. La qualité première du bon conducteur consiste à ne causer aucun accident responsable voire à ne jamais déclarer de sinistre (même non responsable).

Les qualités d’un bon conducteur en assurance auto

  • Il doit déjà avoir une certaine expérience de la route et avoir obtenu son permis de conduire depuis plusieurs années, sans avoir commis de fausses notes.
  • Il est à l’aise à la fois en centre-ville, sur les routes étroites de campagne ou dans les cols de montagne, et il sait adapter instantanément sa conduite à l’évolution des conditions climatiques.
  • Le bon conducteur a appris à anticiper les différents dangers qui l’attendent sur la route, notamment les comportements pas toujours prudents ou raisonnables des autres automobilistes et des différents usagers de la route, comme les piétons ou les cyclistes.

Autant de qualités qui passent par des habitudes simples mais salvatrices, comme le respect des distances de sécurité en toutes circonstances et d’une allure adaptée aux limitations de vitesse ainsi qu’aux conditions de circulation.

Le bon entretien de son véhicule est indispensable

Le conducteur récompensé par un bonus est également celui qui connaît parfaitement son véhicule et suit son entretien avec soin. Une voiture en bon état général est beaucoup moins exposée à un risque d’accident ou de suraccident.

Comment se calcule le bonus de votre assurance auto ?

Le bonus-malus est un coefficient recalculé tous les ans par votre assureur, en fonction de votre historique au cours des 12 derniers mois. L’application de ce coefficient sur votre prime annuelle d’assurance va vous conduire à payer moins ou plus que l’année précédente, selon que vous ayez eu (ou non) un comportement responsable sur la route.

Le coefficient bonus-malus est compris entre un minimum de 0,5 (pour les conducteurs les plus vertueux) et un maximum de 3,5 (pour ceux ayant eux le plus d’accidents responsables). Autrement dit, vous pouvez profiter d’une réduction allant jusqu’à 50 % sur votre prime d’assurance auto ou payer au contraire 3,5 fois le tarif normal.

Le calcul du bonus

L’évolution du coefficient est progressive : chaque année sans accident responsable entraîne une diminution de 5 % de celui-ci :

  • le coefficient est de 1 à l’année de souscription ;
  • puis de 0,95 (1 x 0,95) pour la deuxième année, en l’absence d’accident responsable ;
  • et de 0,90 (0,95 x 0,95) pour la troisième année.

Le minimum de 0,50 est atteint au bout de 13 années sans aucun accident responsable.

Le calcul du malus

Vous avez engendré un ou plusieurs accidents responsables au cours de l’année ? Attendez-vous à une hausse de votre malus de +25 %, soit par exemple :

  • un coefficient neutre égal à 1 l’année de la souscription ;
  • puis de 1,25 (1 x 1,25) pour la deuxième année en cas d’accident responsable ;
  • et de 1,56 (1,25 x 1,25) pour la troisième année en cas de nouvel accident responsable.

Un seul accident responsable peut donc effacer plusieurs années de conduite irréprochable : aussi, ne relâchez jamais votre vigilance !

Qu’obtient un conducteur malussé après une période de bonne conduite ?

    Un conducteur malussé, s’il ne commet aucun accident responsable pendant un an, bénéficie d’une réduction de 5 % de son coefficient. En l’absence d’accident pendant 2 ans, celui-ci revient automatiquement à 1.

Comment faire valoir votre bonus auprès de votre assureur ?

Un bonus transférable

Vous avez décidé de changer d’assurance auto pour profiter d’un nouveau contrat plus protecteur ou moins cher ? Sachez que le bonus-malus précédemment acquis auprès de votre ancien assureur n’est pas perdu. Ce coefficient bonus-malus transférable est automatiquement communiqué à votre nouvelle compagnie, qui va ainsi vous proposer un tarif en accord avec votre historique de conducteur.

Il est également important de rappeler que ce coefficient est celui du conducteur, et pas du véhicule. Libre à vous ainsi de changer de voiture ou d’en posséder plusieurs simultanément : vous bénéficierez toujours du même bonus.

Des avantages

Même si le coefficient reste le même, certains assureurs offrent des conditions plus avantageuses que d’autres en matière de bonus. Ainsi, et pour récompenser les assurés particulièrement méritants, plusieurs compagnies accordent un accident responsable gratuit aux conducteurs ayant un coefficient de 0,5 depuis au moins 3 ans : cela signifie que leur bonus, à titre exceptionnel, ne sera pas dégradé dans le cas d’un (unique) accident responsable.

Dans certains cas, un bonus assurance auto peut même être accordé à vie à ces conducteurs. Mais il s’agit alors d’une offre promotionnelle distincte du coefficient bonus-malus, soumis à la réglementation du code des assurances.

Quels sont les sinistres qui ne peuvent pas diminuer votre bonus ?

En pratique, et fort heureusement, tous les sinistres n’entraînent pas une dégradation de votre coefficient. L’assureur va s’attacher à déterminer votre degré de responsabilité dans l’accident concerné. Si vous n’avez rien à vous reprocher, alors vous n’aurez aucun malus à subir sur votre assurance auto bonus.

Voici quelques exemples d’accidents qui n’entraînent pas de malus :

  • les dégradations subies par un véhicule en stationnement sans tiers identifié (acte de vandalisme ou délit de fuite) ;
  • les incendies de voiture pour lesquels un caractère criminel ou – plus rarement – accidentel sera retenu par l’assureur ;
  • les vols de véhicule ;
  • les bris de glace ;
  • les cas de force majeure, comme une catastrophe naturelle ou encore une émeute.

Si vous avez été impliqué dans un accident avec des torts partagés (responsabilité à 50%), le malus appliqué sera divisé entre les deux conducteurs : chacun va subir une hausse de 12,5 % de son coefficient (soit la moitié de 25%).

Être un bon conducteur, c’est être garant de votre sécurité et de celle des autres sur la route. Et si, en plus, une bonne conduite de votre part permettait d’alléger le coût de votre assurance, que peut-on souhaiter de mieux ?

Publié par Mathieu - Mis à jour le