Le bonus-malus en assurance auto : comment ça marche ?

Le système de bonus-malus en assurance auto n’est ni plus ni moins qu’une façon de déterminer le niveau de risque que représente un conducteur. Si ce dernier est prudent, son bonus ou coefficient de réduction augmente en récompense, ce qui permet de faire baiser le montant de sa prime annuelle. Si au contraire il provoque des sinistres, son malus ou coefficient de majoration augmente en prévention, ce qui occasionne une augmentation de sa prime annuelle.

A noter qu’il peut être impliqué dans des sinistres sans que cela ait une incidence sur son bonus ou malus, à la seule condition qu’il ne soit pas responsable. Vous vous posez encore des questions sur le fonctionnement du bonus-malus en assurance auto ? Hyperassur est là pour vous répondre.

 

Quel est le principe du bonus-malus ?

Le principe du bonus-malus repose sur l’évolution d’un coefficient que l’on appelle coefficient de réduction-majoration. Si vous n’avez pas d’accident responsable, votre coefficient baisse de 5% et donc votre prime d’assurance baisse théoriquement également de 5%. En cas d’accident totalement responsable, votre coefficient augmentera votre prime de 25% et de 12,5% en cas d’accident partiellement responsable.

À noter Calculez votre coefficient de bonus malus Celui-ci s’applique toujours à la prime de référence, et non à la prime payée l’année précédente.

 

Les accidents responsables déterminent le malus

L’assureur tient compte de tous les accidents dont l’assuré a été responsable au cours des 12 derniers mois précédant de 2 mois l’échéance annuelle du contrat (en générale, sa date d’anniversaire). Ainsi, pour une échéance tombant le 1er Octobre 2018, l’assurance tiendra compte des accidents survenus entre le 1er aout 2017 et le 31 Juillet 2018. Un accident responsable survenu en septembre 2018 ne sera pas comptabilisé pour l’échéance du 1er Octobre 2018 mais pour le 1er Octobre 2019.

Les accidents retenus sont ceux pour lesquels l’un des conducteurs du véhicule assuré est partiellement ou entièrement responsable. Le constat amiable ou le procès-verbal de police ou gendarmerie font foi. Un malus peut aussi être appliqué sans responsabilité particulière : par exemple en heurtant un animal sauvage

En revanche, aucun malus n’est appliqué si l’accident est imputable à un cas de force majeure (comme une tempête), s’il est causé par une personne ayant volé votre véhicule ou qui le conduit à votre insu. Vous ne perdez pas non plus votre bonus si votre véhicule subit des dommages en stationnement sans tiers identifié, ou s’il est endommagé suite à un incendie ou un bris de glace. Notez, toutefois, que cette dispense de malus n’implique pas automatiquement la pris en charge des réparations. Tout dépend des garanties auto souscrites.

Le coefficient dépend du nombre d’accidents

Le bonus et le malus sont exprimés par un coefficient qui varie de 0,5 à 3,5. (Voir le calcul du bonus malus pour tout savoir sur les coefficients).Il s’applique aussi bien à la garantie responsabilité civile obligatoire qu’aux garanties facultatives. Chaque année, la prime de référence est multiplié par ce coefficient. Lorsque celui-ci est égal à 1, il n’y a ni bonus, ni malus; s’il est inférieur à 1, il y a bonus; s’il est supérieur à 1, il y a malus.

Un seul bonus par an pour les bons conducteurs

Le principe du bonus est le suivant : chaque année sans accident responsable réduit le coefficient de 5%. pour calculer le nouveau coefficient, il suffit de multiplier celui de l’année précédente par 0,95. Le coefficient maximum est égal à 0,5 et correspond à une bonus de 50%. Au vout de 13 ans sans accident, l”assuré paie donc sa prime demi-tarif. Le bonus de 50% est le bonus réglementaire maximum mas sachez que certains assureurs vont plus loin en récompensant d’un bonus supplémentaire les bons conducteurs (15% à l la Matmut par exemple)

À noter Conservez votre bonus Si vous êtes au bonus maximal depuis au moins 3 ans, vous le conservez sans modification après le premier accident responsable.

 

Un malus maximal de 3,5 pour les mauvais conducteurs

Dès lors que l’assuré se rend responsable d’un accident, son coefficient de malus s’alourdit et, avec lui, sa prime d’assurance.

La responsabilité de l’assuré est totale. Le malus majore de 25% la rime d’assurance. En pratique, au premier accident, il faut multiplier la prime de référence pa 1,25. Au deuxième accident, l’assureur multiplie la rime par 1,56. Puis, pour chaque malus supplémentaire, le coefficient précédent est à son tour multiplié par 1?25. Si l’assuré cumule ainsi les accidents responsables durant la meme année d’assurance, il augmente d’autant son malus avec un maximum de 350%.

Cependant, après 2 années consécutives sans accident, le coefficient de malus disparait. C’est la règle de la “descente rapide”.

La responsabilité de l’assuré est partielle. En cas de partage de responsabilité, la majoration de prime est de 12,5% quel que soit le pourcentage de responsabilité de l’assuré dans l’accident. Ce qui se traduit dès la premiere année par un coefficient de 1,125.

À noter Evitez le prêt Si vous prêtez votre véhicule à un ami qui cause un accident responsable. C’est vous, en tant qu’assuré du véhicule qui subirez le malus et non pas votre ami.

 

Le bonus malus passe d’un contrat à l’autre

Le contrat d’assurance auto peut etre modifié ou suspendu pour diverses raisons (changement de véhicule, d’assureur etc…). Dans ce cas, que deviennent les coefficients de bonus ou de malus ?

En cas de changement d’assureur

Si vous changez d’assureur, vous emportez avec vous votre bonus ou votre malus.Le nouvel assureur calcule le nouveau coefficient en tenant compte des renseignements fournis par votre relevé d’information, et notamment des accidents qui se sont produits entre la dernière échéance du précédent contrat et la souscription du nouveau.

En cas de changement ou d’un véhicule supplémentaire

Le bonus ou le malus est automatiquement transféré sur un nouveau contrat d’assurance, à condition que le ou les conducteurs du nouveaux véhicule soient les memes que ceux désignés au précédent contrat. Si, par exemple, vous vendez votre voiture pour acheter une moto 80cm2, vous retrouverez le bonus / malus que vous aviez sur votre précédent véhicule.

Si vous achetez un véhicule supplémentaire et qu’il est nouvellement assuré, l’assureur transfère le bonus malus dans les memes conditions. Par contre, par la suite, l’évolution du coefficient se fait de manière indépendante : un malus infligé à une voiture n’est pas appliqué à l’autre.

.

Si vous possédez déja plusieurs véhicules avec des coefficients différents, c’est alors la moyenne des coefficients qui est appliqué au nouveau véhicule

En cas de suspension du contrat

Si votre contrat d’assurance est suspendu à la suite de la vente du véhicule, d’une maladie ou d’un départ à l’étranger, le coefficient de bonus malus reste acquis pour un temps déterminé par le contrat, en général de 3 ans.

De plus, une nouvelle réduction n’est appliquée que si l’interruption du contrat ne dure pas plus de 3 mois.

Quelles solutions s’offrent à un malussé ?

Si vous avez été résilié par votre assureur pour malus ou fréquence trop élevée de sinistres, vous aurez du mal à retrouver un nouvel assureur. Plus vous êtes malussé, plus vous aurez des assurances aux tarifs très élevés pour vous couvrir. C’est dans ce cas qu’il faut plus que jamais comparer les offres d’assurances auto spéciales malus. Pour cela vous pouvez vous appuyer sur un comparateur d’assurance ou bien vous adresser à un courtier spécialisé.

N’hésitez pas dès à présent à vous aider de notre comparateur d’assurances auto pour trouver celle qui reste la plus avantageuse en fonction de votre situation. Vous pouvez à tout moment poser des questions et demander un devis gratuitement en ligne.

Tout malussé est obligé de souscrire au moins une assurance auto responsabilité civile

Si jamais vous éprouvez des difficultés particulières à trouver une assurance auto, votre dernier recours est le Bureau Central de Tarification (BCT). Cet organisme d’État a pour mission de vous trouver une assurance auto avec la garantie légale minimale à avoir (autrement dit posséder une assurance au tiers), sachant qu’il vous appartient de choisir l’organisme assureur auquel vous souhaitez adhérer. Le BCT quant à lui va fixer le tarif que l’assureur auto devra vous appliquer.

Il faut toutefois savoir que la reconduction du contrat se fait au bout d’un an, par conséquent l’assureur auto a tout à fait le droit au bout d’un an de ne pas renouveler votre contrat. Soyez par conséquent très prudent sur la route.


Nos guides Assurance auto

Assurance Auto jeune conducteur

hyperassur

Assureurs auto

Comparaison auto

La comparaison d’assurance auto