Le bonus des jeunes conducteurs : calcul de l’assurance auto

Tout jeune conducteur qui souscrit une assurance auto se voit attribuer une surprime (ou malus). Il s’agit d’un montant qui est additionné à la prime de base, et qui diminue année après année, au fil de son ancienneté. Cela n’empêche toutefois pas l’application du coefficient de bonus en cas d’année sans sinistre (ou de malus en cas de sinistre enregistré).

Un barème de bonus spécifique pour les jeunes conducteurs

En terme de bonus jeune conducteur, la loi prévoit une surprime au moment de la souscription de l’assurance auto qui s’applique à deux catégories de conducteurs :

  • Ceux qui ont obtenu leur permis il y a moins de trois ans
  • Ceux qui n’ont jamais été assuré (même s’ils sont en possession de leur permis depuis plus de trois ans)

En France, la route représente la toute première cause de mortalité chez les jeunes âgés entre 18 et 24 ans. Sur le nombre de morts tués sur la route, qui se monte à 582 en 2014, 65% d’entre eux sont morts au volant de leur voiture. Alors que cette tranche d’âge représente 8% de la population, au niveau des accidents mortels elle se monte à 17% et 19% des blessés graves. Le risque de décès touchant les jeunes adultes est principalement dû à l’usage du véhicule. En effet, 66% d’entre eux sont tués en voiture, avant la moto (18%). Les risques sont encore plus importants le week-end (1,5 fois) et 57% des décès de jeunes au volant ont lieu de nuit.

La surprime du jeune conducteur est une mesure référencée dans le code des assurances.

Calcul du bonus jeune conducteur

La première année, le taux de malus se monte à 100%, un pourcentage qui descend progressivement les années suivantes. Au cours de la deuxième année, le taux de malus est de 50%, puis il descend à 25% la troisième année (hors cas de sinistre). C’est à partir de la quatrième année que la surprime est définitivement supprimée du calcul de la prime de référence pour le conducteur.

Il est possible pour un jeune conducteur de figurer comme conducteur secondaire sur le contrat d’assurance auto principal d’un parent.

Bon à savoir

En fonction de l’assureur et des conditions spécifiques appliquées par ce dernier, il est possible d’ajouter un ou plusieurs conducteurs secondaires moyennant une légère surprime (qui n’atteint pas le montant de la surprime appliquée au seul jeune conducteur). Il faut cependant être prudent, car l’appellation « conducteur secondaire » est très précise. Il s’agit en effet d’une personne qui est autorisée à conduire le véhicule de l’assuré principal de façon occasionnelle. Si la situation évolue, le contrat doit être modifié de façon à refléter l’assuré principal.

Comme le jeune conducteur cumule les bonus ou malus en lien avec le détenteur du contrat d’assurance auto principal, cela peut représenter un avantage pour lui lorsqu’il souscrira un contrat en tant qu’assuré principal. En effet, les bonus et malus sont attribués au contrat, et non à l’assuré. Il est donc utile de s’interroger sur cette possibilité, ce qui permet au nouveau conducteur de cumuler une expérience par le biais du contrat d’assuré principal, plutôt que de subir une surprime. Il sera en meilleure posture pour négocier le tarif d’assurance auto de son premier véhicule.

Suivez-nous