L’assurance auto des conducteurs prudents

Prudence voiture

Près de neuf conducteurs sur dix se considèrent comme prudents (étude BVA-Euro Assurance), un chiffre sans doute très éloigné de la réalité quand on sait que le nombre de morts et de blessés sur les routes françaises est à la hausse ces trois dernières années.

Mais la notion de conducteur prudent a-t-elle une valeur en matière d’assurance auto ?
Sont-ils plus récompensés que les autres ?
Les conducteurs prudents payent-ils moins cher leur prime d’assurance ? Eléments de réponse.


Conducteur prudent : une notion floue en matière d’assurance

Mais c’est quoi au juste un conducteur prudent ? Tout d’abord, le conducteur prudent n’est en aucun cas une appellation officielle, ni du côté de la Sécurité routière ni du côté des assureurs.

Est-ce qu’il faut avoir douze points sur son permis ? Pas nécessairement, car des chauffards parviennent à passer entre les mailles du filet et évitent les radars. Faut-il avoir un bonus 50 ? Pas davantage, certains respectent au contraire à la lettre le code de la route et les limitations de vitesse mais jouent de malchance et multiplient les sinistres. Et on peut également être un conducteur prudent mais parcourir beaucoup de kilomètres à l’année et donc prendre davantage de risques.

Le nombre de sinistre n’est pas toujours révélateur d’un bon comportement

Il est tout à fait possible de rouler au mépris du code de la route tout en profitant d’un relevé d’information vierge de tout sinistre. Vous l’aurez compris, en matière d’assurance, le conducteur prudent est une notion vague. Les assureurs parlent plutôt de « bon profil », mais dans ces cas-là une seule chose compte : le nombre de sinistres à déclarer. En revanche un conducteur malchanceux, ce qui n’a rien à voir avec la prudence, appelé aussi « profil à risques » et qui cumule les sinistres, va voir son historique d’assurance se charger et le montant de sa prime augmenter au gré du malus.

A noter que tous les sinistres ne comptent pas dans l’attribution d’un malus. En cas de vol, d’incendie, de bris de glace ou de dommages en stationnement avec un tiers non identifié, il y a aura bien une ligne ajoutée à votre relevé d’information mais aucun malus ne pourra vous être appliqué.

Bon à savoir

Pour en terminer avec la notion de mauvais ou bon conducteur, il faut quand même noter que les chauffards ne restent pas toujours impunis en matière d’assurance auto. Effectivement, ceux dont le permis a été suspendu, ou complètement annulé, sont tenus de le signaler à leur assurance et notamment au moment de souscrire. Une telle information les fait rentrer automatiquement dans la case des « profils à risques ».

Tarifs assurance : les avantages à être un conducteur prudent

Nous venons de le voir, l’assurance auto parle plus volontiers de « bon profil » que de conducteur prudent.
Et elle sait les récompenser avec l’attribution d’un bonus annuel de 5% si aucun sinistre responsable n’est à déplorer. Ce coefficient de réduction, appliqué à la prime payée l’année précédente, permet d’obtenir au bout de 13 ans sans ombre au tableau le fameux bonus 50, autrement dit une prime de base divisée par deux.

 

Voilà l’un des principaux avantages à être un conducteur prudent. Le calcul du bonus-malus récompense également ceux qui possèdent un bonus 50 depuis plus de 3 ans en n’appliquant aucun malus s’ils venaient à déclarer un sinistre responsable.

Des conducteurs prudents qui payent de moins en moins cher leur assurance

Les assureurs se montrent également bienveillants avec les conducteurs prudents lors des traditionnelles augmentations de tarifs chaque début d’année. En principe, ils vont faire la distinction dans leur portefeuille d’assurés entre les « bons profils » et les profils à risques, les premiers peuvent profiter d’une petite remise alors que les seconds doivent supporter une hausse des prix.

Et si vous êtes un conducteur prudent, avec un historique d’assurance limpide, et que vous ne vous estimez pas assez considéré par votre compagnie d’assurance actuelle, sachez que les autres compagnies se montrent généralement généreuses avec les nouveaux souscripteurs porteurs d’un relevé d’information vierge.

Enfin, il s’agit d’une nouveauté dans le monde de l’assurance, les formules de type « pay how you drive » ou assurance au comportement. Grâce à un boîtier installé dans la voiture de l’assuré et qui va analyser sa conduite, l’assureur peut octroyer des remises à ceux dont la conduite est irréprochable. Un bon moyen pour les conducteurs prudents de faire valoir leur attitude sur la route.



Suivez-nous