La cataracte, courante chez les seniors, survient lorsque le cristallin perd de sa transparence. Son opacification progressive entraîne des troubles de la vue et diminue l’acuité visuelle. A un stade avancé, seule une intervention chirurgicale permet de corriger cette anomalie. La Sécurité sociale peut-elle prendre en charge cette opération ? Si oui, rembourse-t-elle la totalité de l’intervention ou une partie ? Mise au point sur la prise en charge de la chirurgie de la cataracte.

Les causes et les symptômes de la cataracte

Comment la détecter ?

La vieillesse est la cause principale de la cataracte. Les personnes ne protégeant pas leurs yeux du soleil et les fumeurs actifs sont également plus à risque de développer cette pathologie. 

Votre vue baisse progressivement et plusieurs symptômes doivent vous alerter :

  • vision floue et voilée
  • difficulté à voir de loin
  • sensibilité au soleil et à la lumière
  • perception modifiée des couleurs…

Tous ces signaux doivent impérativement vous conduire chez un ophtalmologue afin de faire un dépistage. L’examen se fait sans douleur, à l’aide d’un ophtalmoscope. 

Comment la prévenir ou la soigner ?

Réaliser des dépistages réguliers permet de déceler la cataracte au stade premier. L’Assurance Maladie vous rembourse intégralement si votre ophtalmologue est lié au secteur I (médecins pratiquant les tarifs conventionnés de la Sécurité sociale). Dans le cas contraire, le dépassement d’honoraires du praticien est à votre charge.

Sachez qu’une bonne complémentaire santé senior rembourse généralement ce types de frais. Découvrez tous nos conseils pour comparer les mutuelles spéciales senior en 9 points.

Par ailleurs, il n’existe pas de traitement efficace pour soigner la cataracte. Au début, porter des lunettes améliorera votre vision mais cette solution n’est que temporaire. A terme, l’intervention chirurgicale est incontournable pour retrouver plus de confort et une vue correcte.


Bon à savoir

La cataracte est responsable de près de la moitié des cas de cécité dans le monde. En France, on estime que cette pathologie touche 20% des personnes de +65 ans et ce chiffre grimpe à 60% pour les +85 ans. Vous pouvez diminuer le risque sa survenue en vous protégeant les yeux ou en ayant un mode de vie sain.

Le remboursement de la chirurgie de la cataracte

Comment se déroule l’opération ?

Avant toute intervention chirurgicale, votre ophtalmologue pose un diagnostic. L’opération de la cataracte dure 30 minutes. C’est une intervention ambulatoire : le patient reste hospitalisé une demi-journée. Le chirurgien retire le cristallin opacifié et le remplace par un implant pliable ou multifocal.

Vous devrez certainement mettre des collyres antibiotiques dans les jours qui suivent afin de limiter le risque d’infection. Chez la majorité des patients, la vue s’améliore immédiatement.

Assurance Maladie : quel remboursement ?

Cette opération s’inscrit dans le parcours de soins coordonnés. Le niveau de remboursement par la Sécurité sociale dépend de deux facteurs : le modèle de l’implant et le secteur d’exercice de votre médecin.

Vous optez pour la pose d’un implant classique.

Par un chirurgien de secteur I : 

  • Prix : 397€ (cela inclut l’anesthésiste, le chirurgien et l’implant)
  • Remboursement : 100%, par l’Assurance Maladie

Par un chirurgien de secteur II : 

  •  Prix : il faut ajouter au prix initial les dépassements d’honoraires.
  • Remboursement : l’Assurance Maladie ne rembourse pas les dépassements d’honoraires. En revanche, une complémentaire santé qui présente un taux de 200% de la base de remboursement de la Sécu pourra prendre en charge ces frais.

Vous optez pour la pose d’un implant multifocal.

Par un chirurgien de secteur I : 

  • Prix : l’implant peut coûter jusqu’à 400€, un montant bien supérieur à celui de l’implant classique.
  • Remboursement : l’Assurance Maladie rembourse dans la limite de 270€ par oeil. Une complémentaire santé peut là aussi entrer en jeu, comme expliqué précédemment. 

Par un chirurgien de secteur II : 

  • Prix : il faut ajouter au prix initial les dépassements d’honoraires.
  • Remboursement : l’Assurance Maladie ne rembourse ni les dépassements d’honoraires ni le surcoût de l’implant multifocal. Pour limiter le reste à charger, mieux vaut opter pour une couverture optique étendue

⚠️ Notez que, dans certains cas, le médecin peut décider de garder le patient en observation pour la nuit. L’Assurance Maladie rembourse alors l’hospitalisation en établissement conventionné à hauteur de 80% et c’est votre complémentaire santé qui complète ce remboursement.