Conducteur sans assurance : quels sont les risques ?

Conducteur sans assurance auto

Il est impératif de le dire dès les premières lignes de ce guide, conduire sans assurance est une attitude totalement irresponsable ! Hyperassur vous explique en quoi cette pratique est dangereuse pour le conducteur sans assurance, pour les autres usagers et les conséquences sévères que cela engendre.


Conduite sans assurance : un jeu dangereux

Le fait de conduire une voiture qui n’est pas assurée, soit par volonté de ne pas payer une prime d’assurance trop élevée, soit en raison d’un retrait de permis (conduire sans permis entraîne automatiquement la suspension des garanties), est un acte très grave :

  • Premièrement, la loi punit la conduite sans assurance comme un délit, c’est-à-dire jusqu’à 3750 € d’amende, 3 ans de suspension de permis et la confiscation du véhicule. Les récidivistes peuvent se voir interdire de repasser le permis ou la conduite d’une voiture sans permis, voire obliger d’effectuer des travaux d’intérêt général.
  • Deuxièmement, conduire sans assurance c’est ne pouvoir obtenir aucun dédommagement pour vos dommages corporels et/ou matériels, même si’il s’agit d’un accident non responsable.
  • Troisièmement, et c’est là certainement le risque le plus grand, la conduite sans assurance vous rend pénalement responsable des sinistres que vous pouvez causer. Autrement dit, si vous causez un accident, sans que votre vitesse soit mise en cause ou que vous soyez alcoolisé, en principe c’est votre assurance qui se charge de dédommager les tiers sinistrés (dommages matériels et corporels). Si vous n’êtes pas assuré, ce sera à vous de rembourser les dommages matériels mais également les dommages corporels et cela peut durer des décennies en cas d’invalidité de la victime. On parle aussi ici de peines de prison ferme si des blessés sont à déplorer.

Bon à savoir

Ces risques n’empêchent pourtant pas le phénomène de s’amplifier en France. La Sécurité routière estime que près de 700 000 personnes rouleraient sans permis et/ou sans assurance, soit environ 2% des usagers. Les conducteurs sans assurances seraient en revanche impliqués dans 10 % des accidents les plus graves.

Les cas où des conducteurs assurés peuvent quand même rouler sans assurance

Tous les conducteurs qui roulent sans assurance n’ont pas forcément fait le choix de ne pas payer leur prime.
nbsp;
En effet, on peut très bien s’acquitter de ses mensualités et rouler malgré tout sans protection. C’est le cas par exemple si votre permis a été suspendu ou annulé et que vous continuez à conduire. Si votre assureur s’en aperçoit au moment d’un sinistre, non seulement cela entraînera un refus d’indemnisation et il vous demandera de rembourser les indemnités versées à vos éventuelles victimes et procédera sans doute à la résiliation de votre contrat d’assurance.

  • A noter qu’un sinistre responsable ou non sans assurance et qu’une résiliation sont notées sur votre relevé d’information. Et cela peut remonter 5 ans en arrière.

Difficile ensuite d’aller voir un autre assureur auto avec un tel « CV ». Ce dernier vous proposera au mieux des conditions dissuasives, au pire refusera de vous assurer.
Cette situation, les conducteurs responsables d’un accident alors qu’ils étaient sous l’emprise de l’alcool/ de stupéfiants, ou qu’ils roulaient à une vitesse excessive, la connaissent bien. Au moment du sinistre, leur assurance leur a certainement refusé les garanties, résilié leur assurance et attaqué en justice pour rembourser les indemnisations des victimes. De même que des sinistres responsables avec alcool/drogue/sur-vitesse sont notés sur le relevé d’informations.



Suivez-nous