Faut-il inscrire mon enfant comme conducteur secondaire sur mon contrat d’assurance auto ?

Votre enfant vient d’avoir son permis de conduire et vous comptez le déclarer auprès de votre assurance auto comme conducteur secondaire de votre voiture. Mais quels sont les avantages pour lui ? Existe-t-il une alternative ? Hyperassur vous en dit plus.

Déclarer son enfant conducteur secondaire

Tout assuré automobile est désigné comme conducteur principal et habituel de sa voiture.

Or, sur son contrat d’assurance, il peut déclarer un second conducteur, par exemple un enfant qui vient d’avoir son permis de conduire.

Etant donné que ce dernier est novice, l’assureur en tiendra compte pour fixer le prix de la cotisation auto.

Le principe du conducteur « novice »

Toute personne qui vient d’obtenir son permis de conduire (qu’importe son âge) est considéré comme jeune conducteur par les assureurs auto. Cette situation dure 3 ans, que la voiture soit celle d’un proche ou la sienne.

Une surprime peut ainsi être appliquée au tarif de base de l’assurance auto, avec des modulations d’un assureur à un autre.

La limite de cette augmentation est fixée à 100%. La deuxième année, la surprime est réduite de moitié puis encore de moitié la troisième année.

Cette surprime s’applique au prix de l’assurance au tiers (la seule obligatoire), avant le calcul du coefficient de bonus-malus. De sorte que le bonus est plus fort pour les conducteurs prudents et le malus plus important pour les conducteurs imprudents.

Conducteur secondaire ou conducteur occasionnel ?

Le second conducteur d’une voiture est un conducteur habituel. Mais si le jeune compte utiliser la voiture seulement de temps à autres de manière très aléatoire, il peut aussi être déclaré comme conducteur occasionnel. Dans ce cas, la surprime peut être plus faible. Cela peut se négocier avec l’assureur ou même se comparer d’un assureur à un autre.

Bien définir le conducteur occasionnel

Déclarez toujours tous les conducteurs potentiels de votre voiture et leur fréquence d’utilisation (habituelle ou occasionnelle). Car si votre assureur n’est pas informé et qu’un accident se produit, non seulement il refusera de faire fonctionner le contrat, mais il aura aussi le droit de l’annuler pour fausse déclaration et de conserver les cotisations déjà versées.

L’impact sur le bonus-malus

Lorsqu’un jeune conducteur est inscrit comme conducteur secondaire de la voiture de son parent, tous les bonus-malus sont portés au crédit de l’assuré principal. S’il ne fait aucune faute, il bénéficiera du bonus maximum pour sa future assurance auto personnelle.

Si au contraire il provoque un accident, le malus sera attribué à l’assuré… Mais il figurera aussi comme antécédent de conduite du jeune. Une autre bonne raison pour que tout le monde, expérimenté ou non, conduise prudemment.

Publié par Emilie - Mis à jour le