Profil à risques : comment trouver une assurance auto avec un malus élevé ?

Assurance auto conducteur malussé

Les conducteurs qui roulent beaucoup le savent …
La route représente un danger d’accrochage permanent, et les occasions de perdre des points sur son permis de conduire sont nombreuses. Pour les conducteurs imprudents ou malchanceux, il n’est pas toujours facile de souscrire une assurance auto.
Voici nos conseils.


Deux catégories de conducteurs sont désignés comme des « profils à risques » par les assureurs :

  • Les conducteurs avec un malus élevé suite à de nombreux incidents
  • Les conducteurs dont le contrat a été suspendu par leur précédent assureur

On peut considérer que certains conducteurs ont accumulé tellement d’imprudences … que ce qui arrive est logique. Mais dans le lot nombreux sont ceux qui ont joué de malchance à plusieurs reprises, et certains sont des professionnels de la route qui doivent prendre la route malgré tout.

Alors trouver une assurance pour ces profils malussés n’est pas toujours facile, d’autant plus que leur relevé d’information retrace leur parcours d’assuré sur 5 ans.

Comment devient-on un profil à risques ?

Il faut savoir qu’il est possible de devenir un profil « à risques » ou « malussé » très facilement.
Notamment à la suite :

  • De trois bris de glace ou accidents responsables consécutifs
  • D’un retrait de permis ou d’un accident en raison d’une vitesse supérieure à la limite autorisée
  • D’un retrait de permis ou d’un accident en raison d’un taux d’alcoolémie supérieur à la limite autorisée
  • De plusieurs difficultés de paiements

 

  • Il ne s’agit toutefois pas de juger ces conducteurs, qui s’exposent à une amende de 3750€ voire une peine de 3 ans de prison s’ils choisissent de rouler sans assurance.

 

Quelles solutions ?

Dans un premier temps, tous les conducteurs qui subissent un malus ne sont pas systématiquement exclus par leur assurance. Il est toujours possible de trouver un compromis, le plus souvent avec une augmentation sensible la prime, mais il y a une limite dans le temps (2 ans) et un malus maximum (3.50).

Deuxièmement si les grandes compagnies n’apprécient guère les « profils à risques », certains assureurs ont pourtant choisi d’en faire une spécialité. Les prix restent élevés, surtout pour ceux dont le permis a été annulé suite à des problèmes d’alcool ou de vitesse, mais ils acceptent toutefois de nombreux dossiers pour limiter le nombre de conducteurs sans assurance.

Troisièmement et enfin, l’assurance auto étant obligatoire il existe un dernier recours pour les profils à risques ou malussés, saisir le « bureau central de tarification » (BTC). Si un conducteur ne trouve aucune compagnie pour l’assurer, cet organisme décidera d’un tarif pour une couverture minimum au tiers et pourra l’imposer à la compagnie choisie par l’assuré.

Suivez-nous