Santé 2018 : les 3 grandes mesures prises par le gouvernement

Publié par , le . Temps de lecture : 2 minutes.

Lundi 26 mars, le Premier ministre présentait son nouveau plan santé « priorité prévention » aux côtés de la ministre de la santé Agnès Buzyn.


C’est lors de ce comité interministériel, au siège de l’agence sanitaire Santé publique France, que Édouard Philippe annonçait « une vraie politique de prévention qui permettrait de préserver près de 100 000 vies par an » … Avec un investissement de 400 millions d’euros pour 5 ans, ce plan santé propose 25 nouvelles mesures.

Spécialiste en mutuelle santé, Hyperassur vous présente les 3 mesures phares du programme.

La lutte contre le tabac continue

Auteur de l’augmentation du prix du paquet de cigarettes à 10 euros en novembre 2020, la ministre de la santé a fait de la lutte contre le tabac une véritable bataille. Elle rappelle : « en France, plus de 13 millions de personnes fument. Le tabac est une source majeure de cancers, de maladies cardio-vasculaires et d’insuffisance respiratoire, qui est responsable de 73 000 décès chaque année ».

C’est pourquoi, le plan santé 2018 propose progressivement le remboursement de traitements anti-tabac, comme n’importe quel autre médicament. Cette prise en charge remplacera le présent forfait annuel de 150 euros qui couvre les substituts nicotiniques prescrits sur ordonnance.

L’élargissement des compétences vaccinales

Le gouvernement veut aussi « élargir les compétences vaccinales des professionnels de santé » en généralisant la vaccination contre la grippe en pharmacie dès 2019. Pour cela, une expérimentation a été menée sur certaines populations dans deux régions : Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes.

Ainsi entre octobre 2017 et janvier 2018, 155 944 personnes ont été vaccinées contre la grippe en pharmacie dans ces « régions-tests ». Soit quatre fois plus que l’objectif selon l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO).

 

Bon à savoir

Il faut savoir que cette expérimentation n’était pas ouverte à tous, et se limitait seulement aux personnes pour qui le vaccin était recommandé. Elle concernait donc principalement les plus de 65 ans et les patients souffrant de certaines pathologies. Néanmoins elle excluait toutes les femmes enceintes et les personnes qui se faisaient vacciner pour la première fois.



Cancer du col de l’utérus : mise en place d’un programme national de dépistage

Troisième grande mesure du plan santé priorité prévention : c’est la mise en place d’un programme national de dépistage contre le cancer du col de l’utérus. Après avoir instauré des mesures contre le cancer du sein et le cancer colorectal, c’est une nouvelle avancée pour la santé des femmes.

La ministre de la santé ajoute « concrètement toutes les femmes n’ayant pas réalisé de frottis dans les trois dernières années seront invitées à le faire, avec une prise en charge à 100% ». Rappelons que le cancer du col de l’utérus représente 3 000 nouveaux cas chaque année, et provoque plus de 1 000 décès par an.

Parce que l’assurance santé est complexe et les réponses des forums pas toujours claires, nous avons fait appel à une spécialiste des remboursements santé et des garanties proposées par les mutuelles. Tous les jours Leslie est à l’écoute des internautes. Elle essaye aussi d’éveiller les consommateurs à l’assurance santé des animaux.

Suivez-nous