PayCar, une nouvelle solution de paiement en ligne plus sécurisée ?

Publié par , le . Temps de lecture : 1 minute.

Plus rapide et pratique que le chèque de banque, PayCar est dédié aux ventes de véhicules d’occasion. Il se présente sous la forme d’une application sous iOS, Android, Mac et PC. Le fonctionnement de PayCar se veut simple et efficace et avant tout sécurisé.
Une fois le véhicule réservé, l’acheteur s’inscrit gratuitement sur PayCar et invite le vendeur à en faire de même. L’inscription nécessite de part et d’autre de joindre la copie numérisée d’une pièce d’identité. Il suffit ensuite à l’acheteur de verser le montant de la transaction sur son compte PayCar par l’intermédiaire d’un virement bancaire. Les deux parties sont ensuite informées par e-mail que les fonds ont été transférés sur le compte PayCar.

Le jour de la prise de possession du véhicule, l’acheteur transfère instantanément les fonds de son compte vers celui du vendeur. Ce dernier reçoit un SMS contenant un code qu’il transmet à l’acheteur, ce qui valide la transaction, qui est terminée ! Le vendeur peut alors décider soit de demander le transfert intégral des fonds vers sa banque, soit de conserver sur son compte PayCar tout ou partie de la somme versée, en vue de l’achat prochain d’un véhicule.
Comme tout service, faire appel à PayCar a un coût. Celui-ci est fixe en étant de 20 € pour l’acheteur et une somme identique pour le vendeur. Il existe déjà de nombreux systèmes de paiement en ligne tels que PayPal, Recieve and Pay ou autres.
Un des avantages de PayCar est d’une part la faiblesse relative des frais de transaction par rapport aux concurrents, et d’autre part une gestion des fonds en temps réel tant pour le vendeur que pour l’acheteur.

A l’origine journaliste spécialisé auto-moto, Damien évolue depuis 2013 dans l’univers de l’assurance. Une question sur un contrat, sur des garanties ou sur des remboursements… il met son expertise au service des internautes. Son objectif : que les assurés soient mieux protégés et deviennent des consommateurs avertis.

Suivez-nous